samedi 23 septembre 2017

«Des choses étranges se produisent en Syrie»

Mercredi 20 septembre, une trentaine de policiers militaires russes ont été attaqués par les radicaux du Front al-Nosra dans une zone de désescalade [1]. Selon le politologue Araïk Stepanian, l’attaque a été menée avec le feu vert des États-Unis.
Le politologue et secrétaire responsable de l'Académie russe des problèmes géopolitiques Araïk Stepanian a déclaré sur les ondes de Sputnik que le Front al-Nosra avait lancé une attaque contre les policiers militaires russes dans la zone de désescaladed'Idlib avec l'approbation des services secrets américains.

Selon lui, l'objectif des Américains est d'empêcher par tous les moyens possibles la progression de l'armée syrienne. «Nos soi-disant partenaires américains ont commencé à déraper face aux succès de l'offensive de l'armée syrienne sur le front oriental. Ils ne s'évertuent même pas à cacher que les organisations terroristes Daech et Front al-Nosra sont, de fait, des agents des États-Unis qui font front commun sous le commandement de Washington. En ce qui concerne la soi-disant opposition syrienne modérée, elle a été créée et armée par les États-Unis dans le but d'empêcher la victoire de l'armée syrienne. Des choses étranges se produisent en Syrie qui indiquent que les États-Unis ont donné le feu vert aux +actions de la résistance+», estime l'expert.Il note cependant que ces actions des Américains pourraient créer des problèmes pour les pays occidentaux.
 «Donald Trump ne contrôle pas, en réalité, ses structures de force. Il a des problèmes avec les services secrets, la CIA et le Pentagone qui ne peuvent pas abandonner leurs protégés parce que dans ce cas de figure ces derniers retourneront leurs armes contre les Américains. Ceux-ci ont rassemblé une immense armée de nervis. L'armée syrienne les déloge de son territoire et il faut leur offrir un nouveau théâtre d'opération. Certains pourraient être transférés en Afghanistan, d'autres au Yémen, d'autres encore en Libye. Mais parmi eux il y aura des mécontents qui commenceront à se venger de l'Occident qui les a utilisés avant de les délaisser. Alors l'Europe se trouvera dans la zone à risque», conclut Araïk Stepanian.


Situation à Idlib. Archive photo

Mercredi 20 septembre, le chef du Commandement opérationnel principal de l'état-major de l'armée russe, Sergueï Roudskoï, a déclaré aux journalistes que les djihadistes du Front al-Nosra avaient tenté d'encercler un peloton de policiers militaires russes dans la zone de désescalade d'Idlib, ajoutant que l'attaque avait été initiée par les services secrets des États-Unis.

Le Front al-Nosra avait lancé une attaque contre les policiers militaires russes



Les MiG-29SMT russes font leur entrée en Syrie

La semaine dernière, les journalistes russes et étrangers invités à la base aérienne de Hmeimim, en Syrie, ont pu filmer pour la première fois le chasseur russe MiG-29SMT participant aux opérations contre les terroristes. Il s'agit de la première apparition de ces avions en Syrie.
Le noyau du groupe d'aviation russe se compose essentiellement d'avions Soukhoï — les chasseurs Su-35S, Su-27SMn Su-30SM, les chasseurs bombardiers Su-34, les bombardiers Su-24M, ainsi que les avions d'attaque au sol Su-25SM. Jusqu'à récemment, les avions MiG n'étaient représentés en Syrie que par les chasseurs MiG-31 projetés en 2016 et utilisés pour couvrir la base aérienne de Hmeimim, ainsi que pour diriger les actions de l'aviation en remplaçant partiellement les avions A-50 de détection radar lointaine.

Mi-28N. Archive photo 
Le MiG-29SMT a été développé pendant la période la plus difficile de l'histoire contemporaine de la Russie et son premier vol a eu lieu en 1998 — année terrible pour le pays. Au milieu des années 1990, il était devenu évident que les futures guerres seraient locales et que les avions devraient être polyvalents pour s'imposer sur le marché international. Le MiG-29 a été conçu avant tout comme un chasseur tactique pour dominer dans les airs, d'où sa faible autonomie et sa charge utile limitée. Les constructeurs ont donc eu pour mission de transformer cet appareil en avion vraiment multifonctionnel. Et ils ont réussi.
En Syrie, le MiG-29SMT remplit des missions de reconnaissance, mais probablement aussi des tâches opérationnelles. Selon le quotidien Kommersant, au moins l'un d'entre eux a lancé une bombe à fragmentation OFAB-500K contre les positions des terroristes de l'État islamique . A l'avenir, ces avions pourraient également tirer des missiles de croisière à guidage laser Kh-29L.

Su-34
Les essais du MiG-29SMT en Syrie sont avant tout nécessaires pour que les pilotes de ces appareils acquièrent une expérience opérationnelle. Cette épreuve du feu est très précieuse pour les ingénieurs car aucun exercice ne peut s'y substituer. Enfin, l'exploitation opérationnelle de matériel militaire est la meilleure «publicité» pour les clients étrangers — et la Syrie pourrait être le premier d'entre eux.
Source : Sputnik

vendredi 22 septembre 2017

USA. La défaite militaire comme déclencheur de l’effondrement économique. (club orlov)

En 2007, j’ai écrit Reinventing Collapse (Réinventer l’effondrement) dans lequel j’ai comparé l’effondrement de l’URSS à celui des États-Unis. J’ai écrit ceci :
« Imaginons que l’effondrement d’une superpuissance militaro-industrielle moderne ressemble à de la soupe : hachez quelques ingrédients, chauffez et remuez. Les ingrédients que j’aime mettre dans ma soupe d’effondrement de superpuissance sont : un déficit grave et chronique dans la production de pétrole brut (l’élixir magique des économies industrielles), un déficit grave et chronique du commerce extérieur, un budget militaire galopant et une dette extérieure démesurée. Pour accélérer la cuisson, ajoutez une défaite militaire humiliante et la peur généralisée d’une catastrophe imminente» (p. 2)

Les raisons de la panique de Netanyahou, par Alastair Crooke

Le Premier ministre Netanyahou est en mode panique après la chute des relais djihadistes saoudiens et israéliens en Syrie, et menace à présent de lancer une grande guerre aérienne, selon l’ex-diplomate anglais Alastair Crooke.

Nous devrions prendre au sérieux le récent défi sino-russe lancé au dollar

Wall Street et Washington ne trouvent pas ça drôle du tout, mais ils n’ont pas les moyens de l’empêcher
Le système monétaire international de Bretton Woods de 1944 tel qu’il s’est développé jusqu’à ce jour est devenu, pour être honnête, le plus grand obstacle à la paix et à la prospérité mondiales.
Maintenant, la Chine, de plus en plus soutenue par la Russie – les deux grandes nations eurasiennes – prend des mesures décisives pour créer une alternative vraiment viable à la tyrannie du dollar américain sur le commerce et les finances mondiales.

jeudi 21 septembre 2017

Syrie. Les Spetsnaz russes "bottent le cul" à al-Qaïda et aux Services secrets US

En essayant de capturer 29 soldats russes dans le nord de la Syrie,  les terroristes islamistes d’Al-Qaïda et leurs chefs des services secrets des États-Unis se font « botter le cul ». C'est une vraie guerre là-bas ... et les Russes et les Américains sont pratiquement face à face au combat.
Le général Sergei Rudskoi explique que la CIA et leurs harkis d'Al-Qaïda ont eu une très, très mauvaise journée hier, lors d'une offensive contre l'armée syrienne à la frontière des provinces de Hama et d’Idlib.

Comment les Américains font vraiment la guerre



Frappes aériennes, groupes réduits de forces spéciales, coalitions de soldats locaux, déploiement d’agents et de conseillers militaires: tout indique que les militaires américains préfèrent ne pas rencontrer l’ennemi en face à face.
Au fil des ans, l’armée américaine a perdu de sa grandeur à force d’opérations de courte durée et de campagnes de communication.

mercredi 20 septembre 2017

Le Venezuela se rebelle contre le pétrodollar



A partir de cette semaine le prix moyen du pétrole est indiqué en yuan chinois”, a annoncé le 15 septembre le Ministre vénézuélien du pétrole. Pour la première fois le prix de vente du pétrole vénézuélien n’est plus indiqué en dollars.

C’est la réponse de Caracas aux sanctions lancées par l’administration Trump le 25 août, plus dures que celles de l’administration Obama en 2014 : elles empêchent le Venezuela d’encaisser les dollars venant de la vente du pétrole aux États-Unis, plus d’un million de barils par jour, dollars jusqu’ici utilisés pour importer des biens de consommation comme les produits alimentaires et les médicaments. Les sanctions empêchent aussi le commerce de titres émis par la Pdvsa, la compagnie pétrolière d’État vénézuélienne.

La survie de la Syrie porte un coup aux djihadistes



Malgré les efforts déployés par Israël et ses alliés pour sauver le projet de « changement de régime » en Syrie, la défaite imminente des djihadistes soutenus par l’Occident est un tournant pour le Moyen-Orient moderne, analyse l’ex-diplomate britannique Alastair Crooke.
Le fait d’exister encore est une victoire pour la Syrie – toujours debout, en quelque sorte – malgré les ruines dues à ce qu’elle a subi. Cette victoire marque effectivement l’échec de la Doctrine Bush pour le Moyen-Orient (le « Nouveau Moyen Orient »). Cela signale le début de la fin, non seulement pour le projet politique de « changement de régime », mais aussi pour le projet jihadiste sunnite, qui a été utilisé comme outil coercitif pour créer ce « Nouveau Moyen-Orient ».
Il n’y a pas que la région qui ait atteint un point d’inflexion géopolitique, mais aussi l’islam sunnite. L’islam d’inspiration wahhabite a connu un revers majeur. Il est maintenant largement discrédité parmi les sunnites et haï par tout le monde.

TUNISTAN. Les terroristes islamistes de retour seront les bienvenus !


Les ministères tunisiens de la Justice, de l’Intérieur, des Affaires étrangères et de la Défense sont en train d’élaborer un programme de réhabilitation intégrée des terroristes de retour des foyers de tension, rapporte le journal Achark al-awsat paraissant à Londres, qui précise que ce programme sera inclus dans le budget de l’Etat 2018.

mardi 19 septembre 2017

SYRAK. Après le Califat, les Sionistes lancent le Kurdistan pour remodeler le Moyen-Orient



Alors que l’Armée arabe syrienne, l’aviation russe et le Hezbollah s’apprêtent à en finir avec Daech, le Pentagone planifie une nouvelle guerre contre la Syrie, cette fois avec des troupes kurdes. De même que la mission du Califat était de créer un Sunnistan à cheval sur l’Irak et la Syrie, de même celle du « Rojava » est de créer un Kurdistan à cheval sur les deux États, ainsi que le Pentagone le prévoit publiquement depuis quatre ans.